L'INCLUSION EN VOYAGE

Visiter les régions éloignées de la capitale de Madagascar, afin d'étudier l'inclusion sociale et sensibiliser la population à ce sujet.

Solidaire
L'INCLUSION EN VOYAGE

Objectifs poursuivis

  1. Susciter un changement de mentalité et de comportement au niveau communautaire :
    Suivant le contexte susmentionné, le quotidien des personnes en situation d’handicap ou présentant des diversités physiques et/ou psychiques est défini par la stigmatisation et l’exclusion. Il est donc primordial de changer cette mentalité pour que chaque individu jouisse de son plein droit et que chacun vive en harmonie dans la société.    
  1. Promouvoir une inclusion effective à tous les niveaux :
    L’inclusion doit s’opérer à tous les services existants dans la localité. Dont l’accessibilité à des soins et à l’éducation sont les plus urgentes. Le projet vise donc à établir cette équité par tout à Madagascar.
  1. Susciter un changement systémique, économique social politique :
    Toujours selon le contexte, le système existant ne profite en aucun cas aux personnes à besoins particuliers ou en situation d’handicap, l’exclusion est donc partiellement par le système. Les lobbyings et plaidoyers vont travailler dans ce sens afin que ce préjudice soit au plus vite réparé.  

Raisons et motivations

Les outils : 

- Voiture de location : nécessaire pour descendre en brousse et la sécurité des missionnés.

- Appareil pour prendre des photos et vidéos

- Formations spécifiques : nous sommes expérimentés en sensibilisation sur la différence, ainsi que les renforcements de capacité des acteurs dans ce domaine

Les moyens : 

1. Déplacements dans les locaux :

Il faut aller à la rencontre de la communauté pour vraiment comprendre les contextes locaux. C’est le seul moyen de trouver une politique d’accompagnement et de solution personnalisées et adaptés pour la société concernée. C’est aussi le meilleur moyen de faire participer tous les acteurs dans l’acceptation et l’inclusion des personnes différentes.

2. Reportage documentaire :

Pour avoir des arguments solides et fiables dans les plaidoyers à venir, il est judicieux d’avoir des supports visuels/auditifs où les décisionnaires peuvent s’immerger dans les réalités des communautés. C’est la découverte pour toutes personnes qui ne sont pas dans l’équipe.

Ensuite, Il ne suffit pas d’avoir des enregistrements vidéos/audio, il est aussi important de pouvoir faire des analyses et des commentaires constructifs sur ces périples pour l’acceptation et l’inclusion. Le but est d’améliorer le quotidien des personnes différentes, et non pas de les présenter comme des divertissements.

Les documentaires ne resteront pas dans le domaine de l’humanitaire, nous travaillerons également de façon à analyser l’économie de la région visitée, afin de pouvoir trouver ses potentiels en matière de tourisme, surtout le tourisme solidaire.

3. Échange avec les villageois :

Aller à la rencontre des gens, les découvrir n’est aucunement suffisant sans les écouter, entendre ce qu’ils ont à dire, à nous apprendre, car les solutions viennent d’eux en général, et nous serions leurs appuis, entre autres dans les plaidoyers et les accompagnements techniques.

4. Récolte d'information :

A l’issu des échanges, des informations pour la conception des modèles d’accompagnement, de sensibilisation, de formation, et de plaidoyer seront récoltées, capitalisées et étudier afin de mettre en place des stratégies solides et qui tiennent la route dans l’atteinte de nos objectifs.  

5. Sensibilisation :

La stigmatisation, l’exclusion et les préjugés sont les lots quotidiens des personnes différentes et de leurs familles. Il est donc important, voire même urgent d’éduquer la société pour l’acceptation de la diversité, afin que la vie de ces personnes-là ne soit plus des harcèlements psychologiques perpétuels.

La sensibilisation sera également axée sur le plan économique, en se basant sur les contextes de la région concernée.

6. Lobbying local, national et international :

Les plaidoyers doivent venir de la base, c’est-à-dire, de la communauté, pour les personnes vivant dans la même communauté. C’est la raison pour laquelle nous commençons par rencontrer les décideurs de la communauté (fokontany, loholona, leaders traditionnels et religieux, influenceurs d’opinions locaux, maires, chef districts, forces de l’ordre et de sécurité, gouverneurs, …) car ce sont les personnes les plus proches de la population qui ont des influences sur eux.

Les plaidoyers vont ensuite prendre de plus en plus d’envergure, d’ordre national et international. Tout ça, grâce aux capitalisations des informations recueillies au cours des voyages. 

7. Renforcement de capacité :

Pour assurer la pérennité du projet, et garantir l’efficacité des démarches mis en œuvre, le transfert de compétence sur l’inclusion sociale et les droits fondamentaux, ainsi que le renforcement de capacité en matière de la préservation de l’environnement, et l’autonomie financier sont nécessaires dans les locaux visités.

8. Création d’un annuaire solidaire :

C’est l’un des produits tangibles que ce projet mettra à jour. Lors des descentes dans les localités, des visites seront effectués auprès des structures privées afin de collecter les informations concernant leurs établissements (accessibilités, accueils, installations, connaissances sur la diversité) mais aussi pour contracter des partenariats pérennes sur le tourisme solidaire.    

Comment réaliser le projet

 « L’autisme en voyage » est certes un projet innovant à Madagascar, et ne fonctionne pas comme les autres projets déjà connus, mais « La vraie folie, c’est de toujours faire la même chose et d’espérer un changement – Albert Einstein». C’est ainsi que nous avons travaillé sur une nouvelle approche, plus inclusive, plus flexible et adaptable, mais surtout plus réaliste dans notre contexte. C'est à dire, aller à la rencontre des gens, à la base et leur apporter, non pas des soutiens financiers ou matériels ephémères, mes des soutiens techniques réalistes et adaptés à leurs situations. Des aides pérènnes qu'ils pourront exploiter sans forcément la présence d'une tierce personne ou entité. 

Budget

Les dépenses se concentreront surtout sur les charges des missions car le reste sera assuré par l'engagement et la compétence de l'équipe.

  • Morondava
  • Mananjary
  • Manakara
  • Antisiranana

Qui suis-je ?

On m’appelle Miora, j’ai 35 ans et je suis maman d’une petite grande de 11 ans.
Après des batteries de tests inutiles, des examens médicaux futiles, des faux diagnostiques lamentables, ainsi que des traitements inadaptés et dangereux, ma fille a enfin été diagnostiquée autiste à l’âge de 8 ans.
On dit que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, mais nous sommes sorties abimées de ces expériences, affaiblies et désorientées. Alors que le vrai combat ne faisait que commencer, car à Madagascar, en 2015 (et même à ce jour), il n’y a aucune structure adaptée pour les prises en charge complètes des personnes autistes, ou autres. Aucune structure éducative, aucun accompagnement médical, aucun système d’orientation et si de soutien des familles. Les parents doivent se débrouiller avec leurs propres moyens sans aucune garantie de bien être pour les enfants.
Ces épreuves m’ont alors mis devant l’évidence que la méconnaissance de la diversité humaine est lourde à porter pour les personnes différentes mais aussi pour leurs familles. Il est donc primordial de sensibiliser la société à cette cause pour que ces erreurs et ces négligences ne se répètent plus sur aucune autre personne d

Mes hobbies

La littérature : lire est pour moi le meilleur moyen de faire des découvertes. Mais j’aime également écrire des poèmes, des nouvelles, des articles, … Je n’ai pas encore réussi à écrire un roman, et je n’ai jamais été publiée. Les voyages : une passion que je partage avec ma fille. D’ailleurs, à force de partir en vacances avec elle, de la voir heureuse et surexcitée à chaque fois que nous partons, l’idée m’est venue de faire des voyages solidaires. L’humain : je suis une amoureuse de l’être humain. La création la plus complexe et la plus fragile. Je suis fascinée par les différentes cultures, religions, savoir-faire, savoir être,… sans parler des différences physiques et intellectuelles. L’être humain est le plus parfait des êtres vivants mais aussi le plus stupide et le plus inconscient. J’aime donc aller à la rencontre de nouvelles personnes, découvrir de nouvelles cultures, faire connaissance avec de nouvelles visions.

Ce que je recherche à travers ce voyage

3 défis pour les autres voyageurs - Elaborer un nouveau projet à partir du dernier voyage - Rassembler les anecdotes de tous les voyages effectués et en faire un manuscrit - Partir dans un lieu inconnu choisit par quelqu’un d’autre 3 défis pour que j’aimerais recevoir - Ecrire un livre, roman ou nouvel à propos des voyages éffectués - Elaborer un nouveau projet à partir du dernier voyage - Partir dans un lieu inconnu choisit par quelqu’un d’autre

Aucun contenu disponible pour le moment.


Vous pourriez également être intéressé par ces projets...

Donateur ()

L'INCLUSION EN VOYAGE

Vous avez décidé de contribuer au projet de Miora RAKOTOMALALA
CONTREPARTIES
JE NE VEUX PAS RECEVOIR DE CONTREPARTIES