¡BASTA YA ! - DOCUMENTAIRE

Un documentaire militant sur la lutte collective pour le droit à l’avortement en Amérique latine !

Solidaire
¡BASTA YA ! - DOCUMENTAIRE

Objectifs poursuivis

Nous sommes Julia et Marion, deux femmes de 24 ans et féministes convaincues. Parce qu’il est pour nous primordial de remettre au cœur du débat les voix de celles et ceux qui se battent au quotidien pour droit à l’avortement, nous réalisons ¡BASTA YA! – un documentaire militant sur la lutte collective pour le droit à l’avortement en Amérique latine.

De septembre à décembre 2020, nous irons dans six pays d’Amérique latine (Brésil, Uruguay, Argentine, Chili, Salvador et Mexique), à la rencontre de celles et ceux qui se battent pour le droit à l’avortement, et en particulier des jeunes femmes. A travers différents supports (articles, podcasts, documentaires vidéos et rapport), nous voulons donner de la visibilité à leurs actions, contribuer à faire porter leurs voix et relayer leurs messages. Notre objectif ? D’une part, sensibiliser l’opinion publique et faire connaître plus largement leurs réalités et initiatives aux jeunes Français·es, en utilisant les réseaux sociaux et en diffusant les documentaires dans des collèges, lycées et universités. D’autre part, participer à notre échelle à favoriser l’émergence d’une dynamique globale en faveur du droit à l’avortement et d’une diplomatie féministe française à l’écoute des besoins et revendications des premières concernées.


Pour en savoir plus sur ¡Basta Ya! rendez vous notre site internet, notre compte Facebook ou notre compte Instagram.

Raisons et motivations

Les mobilisations sans précédent pour le droit à l’avortement en l’Amérique latine rappellent à quel point ce droit est précieux, que de très nombreuses femmes ne l’ont pas obtenu et qu’il n’est jamais acquis. Sur ce continent, l’avortement est autorisé sans condition pour seulement 3% des femmes. 

Ces dernières années ont été marquées, dans le monde entier, par des régressions inquiétantes sur le front du droit des femmes et des filles à disposer librement de leur corps. L’Amérique latine est particulièrement concerné par cette montée en puissance des conservatismes - en témoigne l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro au Brésil. Cela vient compliquer un accès à l’avortement déjà très restreint dans cette région du monde : il est le plus souvent autorisé dans des conditions très restrictives, criminalisé voire totalement interdit.

Les actualités récentes font régulièrement état de l’émission de nouveaux décrets anti-avortement ou de l’histoire de femmes emprisonnées pour avoir avorté. Parallèlement, les fortes mobilisations qui ont eu lieu en 2018 dans des pays comme l’Argentine ou le Chili n’ont pas encore permis d’atteindre un changement sur le plan législatif. 

Pour les jeunes, l’accès à un avortement sécurisé est encore plus difficile, du fait de leur dépendance financière, de leur vulnérabilité aux violences sexuelles et du tabou entourant la sexualité des adolescent·es. Elles sont les premières victimes des restrictions du droit à l’avortement, les grossesses précoces et/ou non désirées mettant en danger leur santé, leur éducation et leur intégration socio-économique. Elles sont aussi les fers de lance du combat pour sa libéralisation. C’est pourquoi nous souhaitons en particulier nous faire les relais de la parole des jeunes femmes.

Comment réaliser le projet

En raison de l’épidémie mondiale de COVID-2019, l’itinéraire suivant pourra faire l’objet d’adaptations quant à sa durée et au nombre de pays visités.
Si nous ne pouvons pas nous rendre dans certains pays, nous envisageons de développer des  supports médiatiques possibles à distance tels que les articles (entretiens sous format écrit) et les podcasts. Nous envisageons également de reporter notre départ à début 2021.


Nous nous rendrons dans 6 pays


En Uruguay, où l’avortement est autorisé sans condition depuis 2012, notamment pour étudier les dynamiques sociétales, politiques et historiques qui ont pu œuvrer, et œuvrent encore, en faveur du droit des femmes à disposer de leur corps. De plus, et au delà du cadre légal, se pose également la question de l’accès effectif à ce droit qui peut être compromis même dans ce type de pays.

Au Chili, au Brésil et en Argentine, où il n’est autorisé que dans des conditions très restrictives, ou pénalisé, et ce malgré des mobilisations sans précédent. Nous serons en Argentine pour suivre, en particulier, la 35ème édition de la Rencontre nationale des femmes.

Au Mexique, Etat fédéral, qui dispose de légalisations diverses au regard du droit à l’avortement. Seuls deux Etats l’autorisent sans condition : México depuis 2007 et Oaxaca depuis 2019. L’ensemble des 32 Etats l’autorisent en cas de viol. La Cour Suprême a rejeté en 2019 un projet de dépénalisation de l’avortement au niveau national. Cependant, des débats ont actuellement lieu dans différents Etats pour favoriser la libéralisation du droit à l’avortement, notamment dans celui de Guanajuato.

Enfin, au Salvador, dont la législation en matière de droit à l’avortement est l’une des plus restrictive au monde, ce qui s’avère lourd de conséquences pour la santé, physique comme mentale, et les droits des Salvadoriennes.

A la rencontre d’acteurs et d’actrices divers·es

Nous avons commencé à entrer en contact avec des organisations et citoyen·ne·s engagé·e·s dans ce combat. Il s’agira de :


Nous souhaitons qu’au moins la moitié des personnes interviewées seront des jeunes filles et des jeunes femmes (16- 25 ans). 

Pour développer des supports originaux et multilingues

Au cœur du projet, une web-série documentaire d’un épisode par pays (20 minutes) sera diffusée de manière progressive à notre retour, sur Youtube. Elle sera suivie d’un documentaire global présentant une analyse comparée des différentes situations. La diffusion du long-métrage final, dont la sortie est prévue fin 2021, se fera notamment au sein d’établissements scolaires/universitaires.

En temps réel pendant notre séjour, nous vous donnerons rendez-vous sur :

    - Notre site internet : Articles de blog et Podcasts .

    - Facebook et Instagram (@bastaya.docu), pour suivre les actualités du projet et des
      informations et contenus de sensibilisation sur le droit à l’avortement, en photos et vidéos.

La communication autour du projet se fera aussi dans les médias (traditionnels et non traditionnels) et sur nos réseaux sociaux.

Enfin, un rapport faisant un retour sur l’expérience et les constats opérés et émettant des recommandations à destination des responsables politiques nationaux et internationaux sera rédigé et diffusé au cours de l’année 2021. 

 

Et, bien évidemment, dans le respect de nos valeurs et principes !


Budget

Pour mener à bien ce projet, nous avons besoin de matériel de tournage, nous suivons des formations techniques complémentaires pour un rendu le plus qualitatif possible, ainsi que de ressources financières pour les frais de voyage. Pour faire des économies, nous voulons dormir au maximum chez l’habitant·e et nouer des partenariats. Nous postulons à diverses bourses adressées aux jeunes engagé.es, comme celles proposées par nos communes de résidence. Nous avons notamment obtenue un financement de 1000 € de l'ONG Plan-internationnal

Nous souhaitons que ce crowdfunding soit notre première source de financement car ce projet est avant tout tourné vers l’opinion publique que chacun.e de vous compose. Votre aide nous sera précieuse pour assurer l’indépendance du projet, afin de préserver son caractère militant et les valeurs que nous souhaitons porter. On compte sur vous !


L'affichage de la carte n'est pas correcte, voici le véritable itinéraire: 

- Brésil

- Uruguay

- Argentine

- Salvador

- Mexique

  • Brazil
  • Uruguay
  • Chile
  • El Salvador
  • Mexico
  • Argentina

Qui suis-je ?

JULIA - Hellooo, je m’appelle Julia, j’ai 24 ans. Je suis actuellement, et ce jusqu'au mois de mai 2020, Assistante projets au Vietnam au sein de l’ONG BATIK International qui œuvre en faveur de l’accès aux droits socio-économiques et de l’empouvoirement des populations les plus vulnérables, notamment les femmes en situations de migration.
Ce projet s’inscrit dans la continuité de mes activités académiques, professionnelles et personnelles. En effet, cela fait maintenant 3 ans que je me suis tournée vers le monde de la solidarité internationale et que je m’intéresse plus particulièrement à la promotion et défense des droits des femmes et des filles !

MARION - Coucou, moi c'est Marion et j’ai 24 ans. Cela fait presque 3 ans que je travaille au pôle comm’ d’Equipop, une ONG qui oeuvre à améliorer les droits et la santé des femmes et des filles dans le monde (en particulier les droits et la santé sexuels et reproductifs en Afrique de l’Ouest francophone). Je trouve les mobilisations féministes sud-américaines fondamentales et inspirantes, et il m’est apparu évident de me lancer, d’autant plus avec Julia, dans ce projet documentaire.

Mes hobbies

JULIA - Curieuse et impatiente, j'ai la tête toujours pleine de projets et suis également dans le questionnement permanent. J'adore débattre, argumenter et faire avancer les débats d'idées. Je parle beaucoup, vraiment beaucoup, et trop vite. J'ai toujours voulu faire un travail porteur de sens, même si ce que j'attribue à ce "sens" a progressivement évolué tout au long de ma jeunesse. Aujourd'hui, fervente féministe et défenseuse des droits humains, ce "sens" je le trouve dans mes engagements bénévoles et dans la voie professionnelle que j'ai choisie. Je suis par ailleurs une passionnée de danse, particulièrement contemporaine et latine. La danse a toujours pour moi été une voie royale vers l'évasion, la résilience et le pardon et je suis persuadée du pouvoir de guérison de celle-ci. Ah oui, et je vis pour le chocolat à 70% de cacao. MARION - Je m’intéresse aux aspects socio-culturels et contextes politico-légaux entourant les droits des femmes. J’aime explorer les supports et outils de communication, notamment numériques, pour informer, sensibiliser et mobiliser autour des causes féministes et j’ai acquis des compétences professionnelles en montage audiovisuel et en stratégie de communication. Je crois que vous l’avez compris, je suis féministe. Je suis aussi passionnée de théâtre et de fromage, et je suis en train de m’entraîner à la ventriloquie.

Ce que je recherche à travers ce voyage

Aux autres voyageurs et voyageuses : nous vous mettons au défi de continuer à vous battre pour le monde dans lequel vous voulez vivre, et de prendre en compte les inégalités de genre, les droits humains et l'environnement dans vos projets ! 3 défis que nous aimerions relever ? Faire le documentaire le plus complet et impactant possible, apprendre au maximum des personnes que nous allons rencontrer, partager avec vous tout ce que nous vivons et vivrons dans la réalisation de ce projet !

Aucun contenu disponible pour le moment.


Vous pourriez également être intéressé par ces projets...

Donateurs (43)

¡BASTA YA ! - DOCUMENTAIRE

Vous avez décidé de contribuer au projet de Marion Et Julia
CONTREPARTIES
JE NE VEUX PAS RECEVOIR DE CONTREPARTIES