DE L'AUTRE CÔTÉ, LE MONDE

Notre voyage a pour but l'étude des corrélations entre mystères archéologiques, civilisations anciennes et peuples premiers.

Solidaire
DE L'AUTRE CÔTÉ, LE MONDE

Objectifs poursuivis

Notre voyage a pour but l'étude des corrélations entre: mystères archéologiques, civilisations anciennes et peuples premiers.

En effet, de nombreuses merveilles archéologiques nous prouvent que les civilisations les ayant construites étaient bien plus évoluées que ce que nous pensons, et que "la technologie" et le "progrès" dont nous brandissons sans cesse l’étendard ne font pas de nous des êtres supérieurs arrivés à la fin de la chaîne évolutive, bien au contraire. 

Les peuples autochtones, en accord avec la nature et ses éléments, nous prouvent également au travers des savoir-faire ancestraux, l'héritage fondamental dont ils ont hérité des anciens et que nous avons perdu. 

Nous avons créé un fossé qui n'aurait jamais dû être aussi profond, et nous nous sommes perdus tout au fond, mais la lumière de ces peuples pourra nous guider dans la création d'un nouveau demain. 

C'est urgent, et nous avons besoin de vous.

Raisons et motivations

Ce projet s'est présenté naturellement à nous à la suite de nombreuses années de réflexions et d'analyses.

Nous souhaitons "renouer avec le voyage philosophique, [...] où le premier voyage est celui de la recherche de soi" pour citer Claude Lévi-Strauss.

La situation actuelle ne démontre que l'urgence dans laquelle nous sommes. Notre incapacité à gérer une crise sanitaire alors que nous sommes censés être de grands connaisseurs en termes de progrès, médecine, numérique etc. 

Pourtant, le rythme effréné dans lequel nous vivons nous empêche de voir l'essentiel. A travers ce voyage, nous souhaitons rendre compte d'une autre manière de vivre, d'autres savoir-faire délaissés en faveur d'un mode de vie moderne qui n'est pas forcément adapté aux humains que nous sommes.

Nous ne disons pas qu'il n'y a pas de bon dans la médecine moderne ou dans l'utilisation d'internet, mais nous pensons que d'autres arts de vivre et savoir-faire anciens doivent voir le jour. Nous devons changer drastiquement notre rapport à la terre, aux individus, aux espèces, à la consommation, à la nourriture... Cela ne se fera pas en maintenant nos habitudes. 

L'impact que nous souhaitons avoir est grand. Notre but est de réunir, de fédérer autour d'un but commun : Le sens de nos vies.

Les populations locales qui se transmettent connaissances et histoire par voie orale de génération en génération invalident la plupart du temps certaines théories archéologiques officielles. Les datations et les méthodes de constructions exprimées par les autochtones diffèrent parfois du consensus scientifique. Les mythes et légendes nous transporte donc dans une vérité alternative.

« Qu’est-ce qu’au fond que la réalité ?

Rien d’autre qu’une intuition collective. »

Jane Wegner

Depuis la nuit des temps, on observe la nécessité de l’humain à lever les yeux vers le ciel. C’est cette curiosité qui développe en lui son besoin d’en savoir plus sur sa condition et de vénérer cette terre, de déifier ces astres et de rêver l’infini.

« Toute pensée, à l’origine, est une image ; c’est pourquoi l’imagination est un outil si nécessaire de la pensée ; les têtes qui en sont dépourvues ne font jamais rien de grand. »

Arthur Schopenhauer

En Mésoamérique et Amérique du sud par exemple, de nombreuses conceptions architecturales anciennes suivent un ordre astronomique basé sur des axes cardinaux synchronisés avec les positions astrales. Les temples construits pour les Dieux ou par les Dieux était un lien avec le céleste. Une partie des peuples contemporains poursuivent les traditions ancestrales architecturales certes mais également idéologiques, sociales et religieuses. Mieux comprendre ces populations c’est donc prendre conscience d’un passé où nous avions encore ce respect pour la terre, notre maison.

« L’important, en ce qui nous concerne, n’est peut-être pas de percer le mystère, mais de vivre en lui et par lui, de le rendre plus présent, ou de nous rendre plus présent par rapport à lui. »

Jean-Pierre Otte, Les mythes de la création

En Colombie, dans la Sierra Nevada de Santa Marta vivent les Kogis, nos « grand-frères ». Leurs rituels et leurs traditions sont caractérisés par un rapport très particulier avec la Terre dont ils se considèrent les gardiens. Ils protègent donc cette Terre mère, planète vivante que nous les « petits frères » sommes en train de détruire.

Les Quechuas, eux, nous parlent d’un temps où les anciens étaient capables de soulever de lourdes pierres au-dessus du sol. (à détailler)

Dans le Sud-ouest de la Chine, sur les pentes de l’Himalaya, on trouve une société sans rapport de domination entre les hommes et les femmes, sans querelle de propriété. Les Moso tentent de faire perdurer une des dernières sociétés matriarcales sous les pressions du gouvernement.

Nous devons donc revoir notre concept d’évolution, de progrès et mettre de côté l’égo pour comprendre que ces populations ont des choses à nous transmettre et à nous apprendre.

Notre perspective est de définir le rapport entre l'Ancien monde (le nôtre) et le nouveau qui s'offre à nous, la place de l'homme dans la nature et enfin le sens de la civilisation et du progrès. 

Comment réaliser le projet

Ce tour du monde est pour nous une véritable quête culturelle et humanitaire qui nous mènera à travers 27 pays à la rencontre de 23 ethnies et à la découverte de 31 sites archéologiques sur une période de plus de de 2 ans. 

Notre voyage sera fait d'engagements associatifs tout au long du parcours afin de nous rapprocher au plus près des populations pour découvrir les enjeux auxquelles elles sont confrontées.

I Nos Outils

1. Le transport 

En avion pour relier les continents. Afin de compenser notre empreinte carbone, nous nous engageons à planter le nombre équivalent en arbres avec Reforest’Action.

En train pour nous déplacer dans le pays.

En voiture afin de découvrir en profondeur la vie des villes et leurs habitants.

II Nos moyens

Ce voyage a pour but de mesurer l’importance et la fragilité du patrimoine que ces mystères de pierre et humain, sont prêts à transmettre à l’humanité, et enfin, se mettre en marche. Entre mystères archéologiques et ethnies défiant le XXIème siècle, les traditions ancestrales, la spiritualité, les croyances et les rituels sont omniprésents. Les connaissances et savoir-faire ancestraux de ces peuples ont longtemps été décrédibilisés au profit de la « civilisation moderne ». Mais ces peuples, dépositaires de traditions millénaires, nous offrent un lien privilégié avec notre passé, un véritable héritage. Les tendances émergentes que l’on observe dans les capitales du monde à travers l’intérêt croissant de disciplines telles que le yoga, la méditation, la médecine douce prouvent ce besoin d’un retour à l’origine, à un essentiel. A l’heure où la question de la coexistence entre la terre et l’homme se pose, c’est en partant des origines premières que l’on essaie de « retracer un chemin ».

Comprendre le passé, c'est mieux appréhender notre futur. Ce projet est une recherche fondamentale en tant qu’humain, sur le sens de nos vies. La recherche archéologique passe également par une compréhension anthropologique de notre monde dont les derniers vestiges sont représentés par les différentes ethnies reculées et parfois oubliées. Apprendre de ces peuples c'est apprendre des anciens dont nous n'avons parfois plus la trace, plus d'écrits. Notre voyage nous amènera donc bien au-delà du terrain archéologique. En effet, nous serons amenés à parcourir de nombreux domaines comme celui de la santé, des sciences, de la spiritualité et de la sociologie. Ce projet est un véritable hymne à l’espoir et à l’optimisme pour continuer à préserver la chaîne de l’histoire de l’humanité. Si l’on sait qui nous étions, nous saurons ce que nous souhaitons devenir.

1. Reconstituer le puzzle de l’histoire

Pourquoi interroger le passé pour comprendre ces anciennes civilisations disparues ?

Que cela pourrait-il nous apporter dans une ère où l’homme se veut être la fin de la chaîne évolutive ?

Quel est notre niveau de connaissance et de conscience en ce qui concerne ces anciens mondes ?

Sommes-nous constamment dans un processus d'évolution ?

À une époque d'ultra-digitalisation, nous ne comptons plus sur la transmission du savoir des anciens et sur nos propres observations. Après quatre années de recherches, il nous semblait primordial d'enclencher une phase expérimentale orientée sur l'humain et l'analyse de sites archéologiques. Changer de point de vue pour regarder le monde autrement et entamer un dialogue sur nos origines et notre futur.

Nos recherches autours de 3 axes :

Analogies

Similitudes de constructions, de symbolique, de croyances, de mythes et légendes.

Le savoir des anciens

Technologies, santé, spiritualité.

Interprétation

Nous interpréterons avec la plus grande objectivité qui soit, tous les éléments que nous aurons récoltés pour apporter quelques pièces du puzzle de l’histoire de l’humanité.

CIVILISATION MEGALITHIQUE

Moaï, Île de Pâques

Vallée de Bada, Indonésie

Mégalithes d’Asuka, Japon

TEMPLES

Temple d’Or, Sri Lanka

Grottes d’Ellora, Inde

Mahabalipuram, Inde

Angkor Vat, Cambodge

Prambanan, Indonésie

Lalibela, Ethiopie

Baalbek, Liban

LES GRANDS BÂTISSEURS

Macchu Picchu, Pérou

Cusco, Pérou

Sacsayhuaman, Pérou

Ollantaytambo, Pérou

Teotihuacan, Mexique

Yucatan, Mexique

Pétra, Jordanie

ARTEFACTS & PETROGLYPHES

Sanxingdui, Chine

Gosford Glyph, Australie

Paracas, Pérou

Lignes Nazca, Pérou

Bogota, Colombie

2. Retracer un chemin entre traditions millénaires et civilisations modernes

Qui sont ces peuples autochtones défiant le XXIème siècle, et en quoi, finalement, le défient-ils ?

Existe-il un point commun entre ces sociétés et la nôtre ?

Que signifie le terme « évolution », si crucial dans nos sociétés contemporaines ? 

Afin d’essayer de comprendre ces cultures et modes de vie, nous articulerons notre approche selon 3 axes essentiels :

La Femme, la Terre, la Spiritualité

La place de la femme est un sujet central aujourd’hui qui prend une ampleur internationale. Notre société s’apprête à bouleverser des schémas en place depuis des siècles. Or, ces schémas, comme les sociétés matriarcales, existent au sein de nombreuses ethnies depuis des milliers d’années. Peut-être avons-nous, alors que nous le minimisons ou l’ignorons, de quoi nous inspirer et par conséquent, gagner du terrain sur le combat des femmes à faire valoir leurs droits ? La terre exprime la relation entre l’homme et la « Pachamama », notre terre nourricière. À une époque où l’écologie est au cœur de nos préoccupations, nous allons explorer quels sont les enjeux pour ces peuples, usant de ressources inédites et vivant en harmonie avec les éléments. La spiritualité, ou pleine conscience devient de plus en plus vitale pour les citadins que nous sommes. Au rythme effréné des capitales dans lesquelles nous courons, le besoin d’être et de s’humaniser devient sacré.

LA FEMME

Khasi, Inde (Tamil Nadu) : « Né d’une mère »

Minangkabau, Indonésie : Entre société matrilinéaire et Islam

Moso, Chine : Sans père ni mari

Aïnous, Japon : Tatouée comme un homme

Juchitàn de Zaragoza, Mexique : La ville des femmes

Himbas, Namibie : Reines du village

LA TERRE

Van Gujarr, Inde : Les écologistes

Karen, Thaïlande : « Hommes de la forêt »

Bajaus, Indonésie : Les gitans de la mer

Korowai, Indonésie, Nouvelle-Guinée : Les hommes des maisons hautes

Tsaatans, Mongolie : « Ceux qui vivent avec les rennes »

Guugu Yimithirr, Australie : « Avec la mer »

Maori, NZ : Entre terre et ciel

Gaucho, Argentine : L’homme libre de la Pampa

LA SPIRITUALITÉ

Newars, Népal : Les artistes

Akha, Thaïlande : « Apoe Miyeh »

Worrorra, Australie : Être

Quechuas, Pérou : Pachamama

Kogis, Colombie : Les grands frères

Mursi, Ethiopie : Les esprits de la nature

L'itinéraire se fera d'Est en Ouest. Notre point de départ est le Sri Lanka, puis direction l'Inde où nous y passerons près de 2 mois. Cap ensuite vers le Népal, la Thaïlande, le Cambodge, l'Indonésie, la Chine, la Mongolie et le Japon pour une durée d'environ 6 mois en Asie. Départ ensuite vers l'Océanie avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, puis vers l'Amérique du Sud avec l'île de Pâques et le Chili, l'Argentine, le Brésil, le Pérou, la Colombie et le Mexique. Puis nous partirons pour l'Afrique Noire avec la Namibie, le Kenya et l'Ethiopie. Enfin, en Asie de l'Ouest nous nous rendrons en Israël, Jordanie, Liban et en Arménie, pour terminer en Islande. 

Actions concrètes et volontariat : 

1. All hands & hearts, reconstruction d'écoles et d'habitats à Katmandou au Népal

2. Sta Travel, rénovation d'une école à Surin en Thaïlande

3. Sta Travel, sensibiliser une école sur le climat à Phnom Penh au Cambodge

4. Woofing en Mongolie, au Japon, en Australie et en Nouvelle-Zélande

5. Sadhana Forest, faire du volontariat dans un village écologique dans le but de maintenir l'équilibre alimentaire et la conservation de l'eau pour les Semburu au Kenya 

D'autres sont à venir

Les partenariats /Associations : 

Plan International

Care 

Tchendukua qui œuvre pour la protection des Kogis en Colombie

Survival International, une évidence pour nous dans la mesure où Survival lutte en faveur de la protection des terres des peuples autochtones.

Nous sommes très impliqués également dans la protection des femmes et des enfants à travers le monde, et avons découvert les associations Plan et Care lors de l'avant-première du film Woman, réalisé par Anastasia Mikova (qui soutient notre projet) et Yann-Arthus Bertrand. 

Il nous semble ainsi d'évident de les solliciter afin de prendre part à notre projet.

Nos actions déjà réalisées : 

Nos derniers grands furent le Sénégal, le Vietnam et l'Egypte avec, on peut le dire, une thématique pour chacun. Humanitaire au Sénégal, la découverte d'ethnies minoritaires au Vietnam et archéologique en Egypte.

Nous connaissons l'Afrique de l'Ouest et particulièrement le Sénégal où nous y avons passé en tout 2 mois. 

Nous œuvrons, à distance et sur le terrain avec l'association Vivre Ensemble de la pouponnière d'Mbour. Il s'agit d’un orphelinat regroupant environ 160 enfants, de nouveaux nés à 16 ans, la plupart abandonnés en raison de décès ou par manque de moyens. Ils ont besoin de dons en nature mais aussi de dons matériels : vêtements, couches, biberons, soins de première nécessité, jeux d'éveil, matériel scolaire...

A chaque départ, nous partons avec 6 valises de 25 kilos chacune. 

Nous collectons des dons également pour les villages alentours de la ville de Saly, que nous distribuons au jour le jour aux plus nécessiteux. Vêtements, livres, jeux mais aussi achats sur place comme les sacs de riz, savons, huile, sucrerie...

Là aussi, vêtements pour hommes femmes enfants mais aussi vêtements techniques pour le football par exemple, maillots, crampons, ballons etc. 

Nous soutenons également une école élémentaire située à Joal Fadiouth où nous distribuons cahiers, livres et stylos. Nous soutenons bien entendu des associations telles que Survival et Tchenduka, en lien direct avec ce en quoi nous croyons et défendons.

III Nos réseaux

Instagram : Avec près d’un milliard d’Igers dans le monde, Instagram est le réseau incontournable par la communauté engagée qu’il fédère et sa dimension esthétique unique. En ce sens, il est particulièrement adapté à notre profil. Notre compte sera tenu comme un journal de bord afin d'engager une communauté d'explorateurs. Des publications seront postées 2 à 3 fois par semaine, en accord avec note identité en en respectant notre unité colorimétrique. Les sujets abordés seront en lien avec nos observations et interrogations, en impliquant toujours le lecteur sur l'art de vivre de ces peuples, la place de la femme, leur lien avec la terre et le ciel, leur spiritualité, leurs héritages et savoir-faire mais aussi quelles clefs ont-ils que nous avons perdues ?

Les stories rendront compte en direct quand cela sera possible de notre quotidien.

Facebook : Facebook est indispensable en raison de ses 2,5 milliards d’utilisateurs. Il permettra de tenir informé notre communauté quant aux événements en lien avec le projet.

YouTube - Podcast Nous n’avons pas encore de chaîne le projet n’étant pas commencé, mais la création de vidéos est envisagée afin de rendre compte de notre parcours le plus fidèlement possible. Une chaîne de podcast, est également considérée en raison de son format idéal pour les interviews.

Site internet Anthropos.fr : Notre site internet est fondamental car il est le reflet de nos inspirations et de ce que nous sommes. On y retrouve nos photographies de voyage et nos articles, témoignages de notre philosophie de l’ailleurs. Il est aussi un refuge et permet de ne pas dépendre seulement des réseaux sociaux.

Notre association ANTHROPOS vise à rassembler les connaissances ancestrales de peuples autochtones sur les sujets archéologiques et anthropologiques dans le but de promouvoir les cultures marginalisées.
Notre site représente également un refuge et permet de ne pas dépendre seulement des réseaux sociaux parfois volatiles. 

 

 

Budget

  • Sri Lanka
  • Inde
  • Népal
  • Thaïlande
  • Cambodge
  • Indonésie
  • Chine
  • Mongolie
  • Japon
  • Australie
  • Nouvelle-Zélande
  • Chili
  • Argentine
  • Uruguay
  • Brésil
  • Pérou
  • Colombie
  • Mexique
  • Namibie
  • Kenya
  • Éthiopie
  • Israël
  • Jordanie
  • Liban
  • Arménie
  • Islande

Qui suis-je ?

Architecte et directrice artistique dans le design à Paris, nous sommes passionnés du monde et de ce qui le compose.
Inès : Originaire de Marseille, je suis sœur de la mer et du soleil. J'aime la beauté, les livres, le parfum et l'inconnu.
Après des études dans la mode et un début dans le stylisme, un voyage au Sénégal en 2016 change mes perspectives et remet en question mon mode de vie. De nombreuses émotions s'en mêlent : impuissance, lâcher prise et ravissement. La piqûre du voyage est faite et marquera le début de nombreux nouveaux départs.

Adrien : Né à Lyon et issue d'une famille d'agriculteurs bourguignons, j'ai garder ce goût pour la nature. Petit, j’aimais les étoiles, les fossiles et le dessin. Devenu architecte, je suis aujourd'hui fasciné par les mystères archéologiques. J’aime chercher et découvrir le monde. Alors plus tard j’aimerais sans doute être aventurier.

Mes hobbies

Le voyage est au centre de nos vies, dans ce qu'il a de plus troublant et mystérieux. L'archéologie pour l'un, l'ethnologie pour l'autre, nous tentons à travers nos explorations de transmettre une parole souvent oubliée. Entre voyages et prospective dans ce qu'elle a de plus analytique et sensorielle, nous détaillons et observons en permanence notre quotidien, du passé millénaire au futur incertain. Nous sommes ainsi fascinés par les études sociétales et analysons constamment ce qui se passe autour de nous. Affamés de beau, nous tentons d’épancher notre soif et notre curiosité sans cesse dans le design, la mode, les arts, la littérature mais aussi dans la méditation sous toutes ses formes, dans l'observation des choses sublimement insignifiantes comme la lumière de l'aube l'été ou une odeur imprévue.

Ce que je recherche à travers ce voyage

L'étude des rapports entre l'Ancien monde et le nouveau, la place de l'homme dans la nature et le sens de la civilisation et du progrès est fondamentale dans notre quête de sens. Par le biais de conférences, reportages, articles et ateliers, nous souhaitons transmettre des savoir-faire et connaissances afin de nous inspirer dans la création d'une humanité durable. Le rapport à la terre, la spiritualité et la place de la femme sont des sujets plus qu'actuels représentant de formidables sources d'inspirations et de renouvellements. La crise que nous vivons nous renforce dans l'idée qu'un voyage philosophique sur nos rôles est essentiel. Nous avons besoin de changements, mais aucun changement ne pourra avoir lieu si nous ne nous remettons pas en question urgemment. Nous sommes ainsi à la recherche de partenaires influents et pertinents partageant ces valeurs communes dans le but d'obtenir des soutiens moraux et financiers.

Aucun contenu disponible pour le moment.


Vous pourriez également être intéressé par ces projets...

Donateur ()

DE L'AUTRE CÔTÉ, LE MONDE

Vous avez décidé de contribuer au projet de Inès De Peretti
CONTREPARTIES
JE NE VEUX PAS RECEVOIR DE CONTREPARTIES